Lors de ma retraite, j’en ai profité pour me reposer. Pour décrocher de ma vie. J’ai vécu pas mal de sress dans les derniers mois, même si je ne l’ai pas souvent laissé paraître. J’avais besoin de sortir de ma tête, de focuser ailleurs.

Je m’étais inscrite à la retraite dans le but d’avoir le temps de réfléchir pour m’aider à trouver des réponses. Parce qu’en mai/juin, j’étais bien mélangée. J’avais besoin de changement mais je ne savais pas quoi ou comment. Lors de mon départ en novembre, mes réponses étaient pas mal trouvées mais j’étais brûlée!

Après m’être inscrite à la retraite, j’ai commencé à faire de la pige. Les premières semaines, j’étais vraiment angoissée et insécure, mais ça s’est stabilisé. J’ai commencé à apprécier. Les morceaux du casse-tête ont commencé à se placer. J’ai découvert que j’appréciais ne pas avoir d’horaire fixe. Ne pas avoir de pression sociale constante (parce qu’on va se le dire, en milieu de travail, c’est la performance, les promotions, le prochain gros poste, la prochaine augmentation qui compte, toujours plus plus plus, etc.). J’aimais ne plus avoir cette pression insidieuse. Je me suis aperçu que je ne voulais plus rentrer dans ce moule parce que ça ne me ressemble tout simplement pas.

J’ai également découvert dans les derniers mois que je n’étais pas si attachée à mes possessions. En fait, quand j’ai commencé à vouloir simplifier ma vie et désencombrer, je me suis demandé pourquoi j’avais accumulé toutes ces choses. Qu’est-ce qui m’avait poussée à dépenser pour tous ces trucs inutiles ou dénués de sens? Depuis, j’ai cessé de consommer de façon frénétique. J’ai arrêté d’acheter chaque bébelle inutile que je trouvais belle. Et je me débarasse de tellement de choses… Je suis partie pour le Nica plus légère, avec une petite valise et un petit sac à dos. Et j’avais TOUT ce dont j’avais besoin. Je n’ai manqué de rien. Je ne me suis ennuyé d’aucune chose que je n’avais pas amenée avec moi.

Quand je me suis inscrite à la retraite, je voulais du changement dans ma vie, je voulais vivre différemment. Je suis tombée sur une pub Facebook en septembre, je me suis inscrite à un programme fou et j’ai été acceptée à la mi-octobre.

C’est tout juste un mois après avoir été acceptée que je suis partie pour le Nica. Un mois de planification intense, d’appels et de suivis pour obtenir des informations, des formulaires, des confirmations… Bref, un mois où j’avais l’impression d’avoir été plus active que dans toute la dernière année.

J’étais brûlée en arrivant là-bas. Et je me mettais de la pression pour travailler durant ma semaine. Mais au final, j’ai choisi de décrocher parce que c’était ce dont j’avais le plus besoin.

L’une des choses qui m’a le plus aidé à décrocher, ça a été d’aller prendre des longues marches en solitaire sur la plage, tôt le matin. Me laisser bercer par le son des vagues. Profiter des rayons du soleil matinal. Apprécier le moment présent sans penser à la minute suivante. C’était fantastique.

Aussi, chaque jour de la retraite, nous avions un cours de yoga. Chloe avait créé des sessions de yoga alignées avec les chakras. J’ai adoré ça. Prendre le temps, chaque jour, d’être attentive aux résultats de la pratique, d’observer en moi chaque signe bénéfique.

 

J’ai aussi fait une séance de reiki avec Chloe. Je n’en avais jamais fait car il y avait dans ma famille une histoire très négative autour du reiki. Mais j’avais aussi entendu de très bons commentaires. J’ai choisi de me faire ma propre opinion. Et j’en suis très heureuse, car la séance m’a fait un bien énorme. J’ai vraiment senti les énergies qui se déplaçaient d’un chakra à l’autre et les noeuds qui se dissolvaient. Je suis repartie du Nica avec l’objectif d’en apprendre beaucoup plus sur le reiki.

Nous avions également droit à des repas végétariens alignés avec les chakras. Comme chaque chakra a sa couleur, notre repas du soir était toujours une belle et délicieuse découverte colorée. Lors d’un atelier, la chef Jesse nous a fait découvrir les principes ayurvédiques. Là encore, j’ai appris plein de choses intéressantes sur moi et me suis promis de lire sur le sujet à mon retour.

Et finalement, à notre dernière séance de yoga de la semaine, Chloe avait préparé une session récapitulative qui travaillerait chacun des chakras, avec le mantra qui s’y rattache (bija mantras). Lors de ce cours-là, allez savoir pourquoi, j’étais toute à l’envers. Émotive. Pas présente. On allait quitter le lendemain et je semi-paniquais à la pensée de revenir dans mon petit train-train quotidien. Je voulais continuer à intégrer toutes les belles pratiques découvertes durant ma semaine, mais je ne voyais pas comment je marierais ça avec ma réalité urbaine. Alors donc, je n’ai pas complètement apprécié et bénéficié de cette séance. Mais ça avait piqué ma curiosité.

À mon retour, j’ai cherché sur internet pour trouver une séance de yoga ou méditation avec les bija mantras. Et j’ai trouvé. Et cette pratique me fait un bien fou. Je veux maintenant en apprendre beaucoup plus sur les chakras. Ça m’interpelle. Ça me fait vibrer. Ça me fait du bien.

Même si je croyais avoir trouvé toutes mes réponses avant la retraite, ce n’était pas le cas. J’ai tellement retiré de cette belle semaine… Je suis revenue du Nica un peu plus ésotérique, car j’y ai trouvé des réponses qui me font énormément de bien.

Quelle découverte avez-vous fait qui a changé votre vie? Quand avez-vous ouvert votre esprit et décidé d’essayer quelque chose de nouveau qui s’est avéré vous faire vibrer?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s